Total : Projet pilote de captage de CO²

Publié le par Marc Pleysier

M le président de la commission
d'enquête Captage de CO²
Mairie de Jurançon
Place De Junque
64110 Jurancon

Monsieur le président, veuillez trouver ci-dessous ma contribution à l'enquête publique sur le projet pilote de captage de CO² de Total.

Je constate que tous les documents de ce dossier ne portent que sur l'aspect technique du projet (mise en oeuvre, sécurité).
J'aborderai rapidement l'aspect technique mais c'est l'intérêt environnemental face au changement climatique qui me préoccupe.

Sur l'aspect technique, Total met le paquet pour nous convaincre que tout sera parfaitement maîtrisé et que la sécurité des riverains sera assurée. Le BRGM nous le confirme, mais seulement sur le court terme.
Au Nigéria et en Birmanie, l'entreprise Total s'assoit sur les droits de l'homme et sur le respect de l'environnement (voir http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/ATF_4p_Total_aggrave_son_cas.pdf pour les détails).
Qu'en sera-t-il à Jurançon ? La vie d'un jurançonnais vaudra-elle plus pour les actionnaires de Total que celle d'un Nigérien ou d'un Birman ?
Le BRGM ne me rassure pas beaucoup puisque c'est le représentant d'un état qui en parlant de protection de l'environnement entend construire des autoroutes et des centrales nucléaires, voire à les vendre à des dictateurs qui rêvent de la bombe.

Ma conclusion sur ce 1er point est donc vite faite : Total et les défenseurs de ce projet ne sont pas dignes de confiance et j'attends l'avis d'associations réellement indépendantes.


2ème point : quel est l'intérêt de ce projet et plus généralement du captage de CO² ?

L'humanité est face à au moins 3 problèmes d'égale importance :
1- Effondrement de l'écosystème (biodiversité, pollutions hors gaz à effet de serre).
2- Changement climatique.
3- Crise énergétique (actuellement : franchissement du pic de  production de pétrole, l'offre passe sous la demande, début de la pénurie énergétique, Total est bien placé pour le savoir mais reste extrèmement discret sur ce sujet qui va multiplier son chiffre d'affaire sans augmenter ses coûts de fonctionnement dans les mêmes proportions ; voir le site de l'ASPO pour les détail du pic oil).

Quel sont les effets du captage et stockage du CO² sur ces 3 problèmes ?

1) Concernant l'effondrement de l'écosystème, le CSC devrait être au mieux neutre.

2) Contre le changement climatique, en théorie c'est positif mais quel sont les ordres de grandeurs ? Est-ce significatif ou de la poudre aux yeux ? Faisons un rapide calcul de coin de table :
Hypothèse optimiste : les 7 000 sites éligibles seront équipés et opérationnels, ce qui donne une maximum de 10% à 20% de diminution des émissions mondiales de CO².
Hypothèse réaliste : 10% des 7 000 sites éligibles équipés et opérationnels, ce qui nous amène à 1% à 2% de diminution des émissions mondiales de CO².
A ceci, il faut encore enlever les relargages dans l'atmosphère pour les sites qui ne tiendront pas dans la durée (plusieurs centaines d'années).

L'objectif de réduction pour stabiliser la hausse de température mondiale est de 50% à 75% !
Le potentiel du CSC est donc très faible fasse au changement climatique.

3) Face à la crise énergétique, le CSC s'écroule car il consomme lui-même de l'énergie. Le CSC ne pourra pas être généralisé dans un contexte de pénurie énergétique et de libéralisation du marché de l'énergie puisque il est un surcoût.

Ma conclusion sur le 2ème point est donc la suivante : il est inutile de vérifier si cette technique est bonne ou pas, il est inutile de la mettre au point, puisqu'elle ne peut répondre à l'urgence environnementale.

L'effet pervers du CSC est de faire croire que la technologie va nous sauver, sans rien changer à nos habitudes, alors que ça va seulement nous coûter cher en nous faisant supporter un risque de plus.

Par contre, ce projet sert à Total à se donner une image "écolo" et à justifier les bénéfices colossaux qu'il engrange avec la flambée du prix du pétrole.

Pour finir sur une note plus positive, quelles sont les autres voies ?
- La maîtrise de la consommation d'énergie, ou sans langue de bois la diminution de la consommation, c.a.d. la sobriété énergétique et l'efficacité énergétique.
- Les énergies renouvelables.

Le potentiel des énergies renouvelables est faible aussi (impossibilité de remplacer le pétrole, voir http://www.manicore.com pour les détails), la diminution de la consommation énergétique est donc LA priorité.

Quand Total prônera la sobriété énergétique et investira dans les énergies renouvelables, alors le CSC pourra peut-être être envisagé pour quelques cas particuliers.

Je reste à votre disposition pour développer ces idées et je vous prie d'agréer mes sincères salutations.

Publié dans Réflexion

Commenter cet article