Communiqué de presse à propos du Rallye des cimes

Publié le par Gédéol (Groupe pour la Décoissance à Oloron)

Pilotes et organisateurs, nous avons besoin de vous !

Les compétences et l'énergie que vous mettez à la merveilleuse réussite du Rallye des Cimes nous sont maintenant indispensables pour sauver la planète.
Car nous n'arriverons pas à diviser par un "facteur 4" nos émissions de Gaz à effet de serre comme il est recommandé, si le sport automobile ne prend pas aussi la mesure du problème.

Le mode de vie occidental, que votre manifestation sportive représente de manière caricaturale, amène 20% des humains à consommer 86% des ressources naturelles mondiales !
Savez vous qu'un plein de 50 litres d'agrocarburant, que vous aimez évoquer pour défendre les sports mécaniques, représente en céréales la nourriture d'une personne pendant un an, alors que la famine progresse à nouveau dans le monde ?

L'heure est donc grave et votre manifestation se doit de devenir VRAIMENT exemplaire sur le plan environnemental et social. Nous vous proposons donc de passer au seul véhicule acceptable pour une activité de pur loisir : le VPH (véhicule à propulsion humaine) et pourquoi pas le VPA (on vous laisse deviner le A).
Par ailleurs, cela rendrait la participation à c
ette belle aventure écologique accessible à tous (une inscription à 1€ ?).

Quel meilleur exemple cela serait pour nos enfants qui font rugir leur scooter en tournant inlassablement dans les quartiers d'habitation !
Quelle belle
incitation à respecter et comprendre la nature cela serait pour nous, promeneurs occasionnels des bois et des montagnes !

Pilotes et organisateurs, le Rallye des cimes peut devenir
emblématique de notre volonté commune de protéger la planète de nos enfants. Il peut, il doit, s'arracher à la logique du XXème siècle, fondée sur le mythe du pétrole abondant et pas cher, pour porter le XXIème siècle et ses indispensables espoirs, faute de quoi, "nos enfants nous accuseront" (sortie du film dans les salles cet automne).
 

Publié dans Action

Commenter cet article